Bien sûr il y a le Manneken Pis, la Grand-Place et les gaufres, bien sûr il y a le Musée Magritte et l’incontournable Atomium. Mais derrière les atouts touristiques de la capitale belge, qui abrite en son sein les plus grandes institutions européennes, il y a surtout la chaleur humaine. Il y a la gentillesse des Belges. Par réflexe, on commence la visite au pas de course et puis, peu à peu, on ralentit, on lève le nez, on aperçoit une fresque sur un mur, on entre dans un estaminet et on se laisse aller à une certaine douceur de vivre…

L’art du vivre ensemble à la bruxelloise

Le mouvement et le multiculturalisme de cette capitale aux multiples langues, n’empêchent pourtant pas le calme d’une vie de quartier. De cafés en librairies, sous la superbe Galerie Saint-Hubert et son toit de verre et de fer forgé, on s’abrite d’une pluie qu’on dit tomber 200 jours dans l’année, on flâne.
À l’extérieur, le street art fait concurrence à la beauté des bow-windows de certaines façades d’immeubles anciens. Joueuse, c’est le propre de cette grande ville de mêler le savoir-faire ancien et la jeunesse dans un joyeux patchwork. Et dans ce grand recyclage, le quartier des Marolles fait figure d’exemple, avec le marché aux puces de la place du Jeu de balle. Ici, toutes les générations se retrouvent, chinent, boivent des cafés. Chanteurs et peintres sont de la partie. Un art de vivre qui ne serait pas ce qu’il est, si les Bruxellois n’avaient pas à cœur de cultiver leur jardin...

Des espaces verts pour tous

Obtenir une prime pour la plantation d’une plante grimpante sur votre façade d’immeuble ? À Bruxelles, c’est possible ! Préoccupés par l’environnement, les Bruxellois qui le souhaitent peuvent suivre des formations gratuites pour devenir Maîtres-Maraîchers. Et promulguer autour d’eux conseils et astuces sur l’entretien d’un potager, la plantation de légumes bio... Des démarches et animations qui s’inscrivent dans un même souci d’écologie vertueuse.
Car si le centre-ville de Bruxelles ne regroupe que 10 % de la verdure (90 % en périphérie), le Parc Royal reste un immense poumon vert d’une beauté incroyable, abritant le Château et ses serres royales, ou la pagode du Musée de l’Extrême-Orient. De petites forêts en grand espaces verts, on peut y observer une biodiversité dont l’équilibre est surveillé comme le lait sur le feu. Le Jardin botanique, aussi en centre-ville, vaut la balade. Avec son centre culturel, surnommé le « Bota », où toute la scène artistique belge se produit dans des bâtiments classés. Et c’est peut-être ici, d’ailleurs, que la synthèse entre le bien vivre et le vivre ensemble chers aux Bruxellois se fait.