Houat et Hoëdic

Sur ces îles jumelles dont les noms bretons signifient le « canard » et le « caneton », un véritable concentré de Bretagne s’offre au voyageur. Mettez le cap sur Saint-Gildas et débarquez dans l’unique port de Houat pour un séjour authentique au cœur d’une nature préservée. Là, vous aborderez le sentier qui borde les côtes de l’île pour humer sans modération la brise puissante de l’océan. Puis perdez-vous dans les méandres des maisons blanches des pêcheurs, dégustez les poissons et crustacés issus de la prise du jour avant de découvrir la plage de Treac’h er Goured, joyau de la côte bordé par des eaux cristallines.

Belle-Île-en-mer

Tout est dans l’appellation. Belle-Île-en-mer, la plus grande des îles bretonnes, est située à 14 kilomètres de la pointe de Quiberon et veille jalousement sur les merveilles dont elle recèle. L’île a d’ailleurs été classée par le réseau écologique européen Natura 2000 pour sa capacité à entretenir et préserver ses écosystèmes. Une fois sur place, ne ratez sous aucun prétexte Port-Coton et enivrez-vous de ce panorama exceptionnel avec vue imprenable sur une mer déchaînée d’où surgissent d’immenses aiguilles rocheuses. Amoureux des contrastes ? Belle-Île-en-mer va vous combler. Ses quelque 85 kilomètres carré abritent des paysages aussi variés que saisissants, à l’image de la sublime plage de Bordardoué, du festif port pittoresque de Sauzon, sans oublier la célèbre pointe des Poulains, où l’actrice Sarah Bernhardt élit domicile à la fin du 19ème siècle.

Bréhat

Rebaptisée « l’île aux fleurs » en hommage à l’exceptionnelle variété de la flore que l’on y trouve, Bréhat est la destination rêvée pour un dépaysement immédiat. Ici, les moyens de transport doux sont privilégiés et les voitures interdites. Toutes les conditions sont réunies pour un séjour relaxant, égayé par le chant des quelques 120 espèces d’oiseaux recensées sur l’île.

Les Sept-Îles

Difficile de s’arracher au prodigieux spectacle qu’offre le massif de Ploumanac’h. Pourtant, au large de la côte de Granit rose se dressent les Sept-Îles, la plus grande réserve du littoral français. Déserté par les hommes, l’archipel n’est plus occupé que par deux gardiens de phare qui se relaient tous les quinze jours, exception faite des 20 000 couples d’oiseaux marins et 27 espèces nicheuses qui ont fait de ce site leur sanctuaire. Après avoir profité de ce ballet céleste sur les flots, ne manquez pas d’accoster sur L'Île-aux-Moines et de suivre le chemin balisé qui l’enveloppe.

Ouessant

Le bout du bout. Située à l’extrême ouest de la France métropolitaine, l’île d’Ouessant constitue la dernière parcelle de terre française avant les Etats-Unis. Souvent austère, parfois hostile, l’île est fréquemment fouettée par la tempête mais n’en demeure pas moins l’une des plus spectaculaires de Bretagne. Entre falaises colossales, récifs ciselés et phares majestueux, Ouessant abrite également de nombreux moutons dont les doux bêlements viennent compenser l’âpreté du climat.