Fleuve royal par excellence, la Loire et ses berges abritent plus de 200 châteaux, témoins d’une riche histoire de France. Et si le château de Chaumont-sur-Loire, ayant appartenu à Catherine de Médicis puis à Diane de Poitiers recèle de pièces somptueuses et autres tapisseries éclatantes, cette grande bâtisse érigée entre le XVe et le XVIe siècle est surtout renommée pour le spectacle qu’offre ses jardins.

Une tradition bien ancrée

Depuis 1992, chaque année, une vingtaine de parcelles recouvrant près de 210 mètres carrés de jardins se font le support de l’expression artistique d’une trentaine de paysagistes venus du monde entier afin de participer au festival. Le principe est simple, chaque concepteur de jardin crée un espace vert contemporain selon un thème précis qui change chaque année. L’édition 2018 est ainsi placée sous le signe de l’expression de la pensée et a donné lieu à des créations aux noms évocateurs tels que « Bulles de pensée », « La possibilité d’une île », « Le filet de pensées » ou encore « Le jardin de Proust : le cours d’un dessein ». En tout, près d’une trentaine d’îlots végétaux s’exposent aux yeux du public d’avril à novembre, leur beauté étant censée atteindre son apogée en automne. L’hiver permet alors aux jardins de refaire peau neuve afin d’accueillir les prémisses de l’édition suivante du festival, qui ouvrira ses portes au premiers jours du printemps. Une date qui marque chaque année le début de six mois durant lesquels le parc du château de Chaumont-sur-Loire, à l’instar du parc du château La Coste, merveille artistique et architecturale, devient un véritable musée d’art contemporain à ciel ouvert. Au détour de chaque allée, outre les jardins éphémères, s’exposent une vingtaine d’installations d’art contemporain, sculptures mais aussi photographies, se propageant jusqu’au sein même du château. Pour rendre l’expérience encore plus féérique, depuis 2009, les jardins se visitent aussi la nuit, à la faveur des douces soirées d’été. Un voyage esthétique et olfactif commence alors, guidé par les lueurs délicates de diodes électroluminescentes.

Une balade aussi inoubliable qu’inédite, tout comme celle des magnifiques jardins de Fronteira à Lisbonne, et qui va bien au-delà du festival. Car outre les jardins contemporains passagers, le parc du château propose également à ses visiteurs une déambulation au cœur de ses créations permanentes au rang desquelles on compte, entre autres, des jardins chinois, anglais, coréen ou encore japonais, mais aussi un potager et un jardin d’enfants.