Deuxième plus ancien parc national américain après celui des Yellowstone et troisième plus grand, avec ses 3 079 kilomètres carrés (dont seul 1 pour cent est ouvert au public), Yosemite affiche la couleur : ici, au coeur de cette vallée glaciaire, la démesure est la norme. De quoi se confronter à l’immensité de la nature à seulement deux cents kilomètres à l’est de la bouillonnante San Francisco.

Un parc au sommet

Prenant place au coeur de la Sierra Nevada, le parc national de Yosemite s’organise autour de parois abruptes, de pics escarpés et de dômes granitiques. Des géants de pierre qui, tels des gardiens protecteurs, encerclent une cuvette millénaire, creusée par l’érosion. Beaucoup d’entre eux dépassent en effet les 1 000 mètres de hauteur, comme l’Half Dome (‎2 693 mètres) ou le Liberty Cap (2 158 mètres). Ce qui n’est rien à côté des 3 997 mètres du mont Lyell, point culminant du site. Dans le parc national de Yosemite, qu’importe où le regard se pose, il est toujours confronté à la beauté aiguisée de ce décor minéral, au milieu duquel jaillissent d’impressionnantes chutes d’eau. Trois d’entre elles, figurent, d’ailleurs, au panthéon des vingt plus hautes au monde. Les plus célèbres ? Les Yosemite Falls, bien sûr. Cette succession de trois cascades déferle sur 740 mètres avant de s'écraser avec fracas. Des paysages titanesques dont on prend toute la mesure depuis le belvédère de Glacier Point.

Une faune exubérante

Véritable ode à la nature sauvage, le parc national de Yosemite se fait le refuge d’une biodiversité variée. L’ours brun, emblème des lieux, en a ainsi fait son territoire. Ils seraient entre 300 et 500 individus à arpenter la vallée. Á leurs côtés, lynx roux, coyotes, biches, renard gris ou encore marmottes évoluent en toute liberté. Au total, 80 espèces de mammifères sont recensées dans l’enceinte du parc auxquelles s’ajoutent 135 espèces d’oiseaux comme les pics verts, les mésanges et les faucons pèlerins. La flore n’est pas en reste et semble, elle aussi, particulièrement à son aise. Forêts de conifères, de chênes, d’érables, prairies verdoyantes où poussent des iris sauvages et des azalées, tapissent ainsi les lieux. Sans oublier, les fameux séquoias géants qui, du haut de leurs 80 mètres, étirent leurs branches dans le ciel californien. Autant de richesses naturelles à découvrir le long des 1 220 kilomètres de sentiers balisés.