On la surnomme la « Petite Marrakech ». Et si la discrète Taroudant ne peut rivaliser avec les magnifiques allées ombragées du jardin de Majorelle de sa grande sœur, elle doit ce sobriquet aux nombreux aspects qui, en son sein, rappellent ce qu’était la tourbillonnante Marrakech vingt ans en arrière. Préservée du tourisme de masse, la cité de quelque 80 000 âmes abrite néanmoins l’un des plus beaux et des plus mythiques hôtels du Maroc, la Gazelle d’Or. Pendant des années, l’établissement fut le lieu de villégiature favori de nombreuses célébrités, chefs d’État, hommes et femmes d’affaires, avant de se retrouver au cœur d’un litige entre les héritiers Adham et l’administrateur des lieux, Ghita Bennis.

Une citadelle imprenable

Outre cet ancien palace, Taroudant regorge de merveilles qui ont su conserver tout leur éclat. À commencer par ses majestueux remparts de fortification qui ont rendu la citadelle imprenable des siècles durant. D’une longueur de 7,5 kilomètres, l’édifice est composé de 130 tours et 19 bastions d’angle. Chacune de ses portes permettant d’accéder à la ville est unique et vaut le coup d’œil. La plus importante, celle de la Kasbah est bastionnée et défendue par deux tours massives. Elle est située sur le flanc oriental des remparts dont une portion est accessible aux visiteurs et de laquelle on peut contempler une vue exceptionnelle, embrassant les sommets magnétiques de l’Atlas et de l’anti-Atlas.

Un panorama que l’on ne se lasse pas de contempler, d’autant plus qu’il s’apprécie loin de la cohue des hordes de touristes. Il en va de même pour le centre de Taroudant dont l’âme est toujours intacte et où l’on croise des vendeurs de fruits, des ânes tirant des carrioles mais aussi des mobylettes et vélos. Pas de files de voitures donc ni d’embouteillages. Pas plus que de marées humaines se précipitant vers les souks de la médina marrakéchoise. La ville en compte pourtant deux, l’un dit arabe, l’autre berbère, de taille modeste mais offrant néanmoins un joli panel de l’artisanat local. Près du souk arabe se trouve également la place Assarag, la place la plus animée de la ville sur laquelle les hommes se réunissent en journée, protégés du soleil par l’ombre des arbres qui s’étire au fil des heures. Le soir, la place est le point de rendez-vous de nombreux locaux qui viennent y passer le temps ou prendre leur repas à la table d’un des restaurants qui l’entoure. Une visite pittoresque et authentique à moins d’une heure d’Agadir et du tourbillon de la station balnéaire.