Située au sud-est des États-Unis, la Floride se détache du continent pour mieux flirter avec l’océan Atlantique. Bordé de part et d’autre par l’eau, l’État fait la part belle aux décors balnéaires. Une carte postale au parfum de vacances qui s’estompe, à mesure que l’on avance à l'intérieur des terres, au profit de paysages indomptés.

Sous le soleil exactement… et sur la plage

Avec son climat subtropical au nord et tropical au sud, la Floride bénéficie d’un ensoleillement à faire pâlir d’envie. Pas moins de 240 jours de beau temps y sont recensés par an. Dans la ville de Saint-Petersburg, à ne pas confondre avec Saint-Pétersbourg en Russie, cette moyenne s’élève à 360 jours. On comprend aisément pourquoi la péninsule floridienne est surnommée « l’État du soleil ». Autant de magnifiques journées dont il fait bon profiter, alangui sur les tapis de sable. Institution, élevée au rang de légende, les plages essaiment leurs reflets dorés sur près de 1 500 km. Soit plus de la moitié de la longueur totale des côtes. Où que vous soyez, elles ne sont jamais loin et vous lancent des oeillades irrésistibles. Si la renommée de South Beach et de Palm Beach dépasse les frontières du pays, d’autres, plus confidentielles, échappent encore à l’oeil des visiteurs. Á l’image de Grayton Beach, au nord-ouest de l’État, avec ses dunes de sable blanc. Qu’importent les desideratas de chacun, la Floride les comble tous. Et bien plus encore, avec ses merveilleux couchers de soleil, dont la palme d’or revient à Key West, qui mettent, eux, tout le monde d’accord.

Un écrin sauvage

Plus loin que les littoraux dorés, la Floride mue en une vaste terre émaillée de forêts, de lacs et de cours d’eau. Une beauté primitive dont les Everglades incarnent l’une des plus belles représentations. Cet entrelacs de marécages luxuriants est l’un des trois parcs nationaux que compte l’État. Classée au patrimoine mondial de l’Unesco, cette étendue humide abrite une faune et flore exceptionnelles. Au milieu de la mangrove, crocodiles et alligators guettent leurs proies, tandis que plus de 300 espèces d’oiseaux virevoltent paisiblement dans les airs. Un écosystème aussi majestueux que fragile. Après un passage sur terre, le temps est venu de rejoindre la grande bleue au coeur du parc national de Dry Tortugas, dans l’archipel des Keys. S’il est l’un des plus difficiles d’accès, il mérite amplement le déplacement. Au tableau ? Une eau turquoise, des récifs coralliens aux couleurs irréelles, des poissons exotiques et bien sûr… des tortues. Autant de merveilles à préserver. Et ce, en commençant par respecter le Wilderness Act. Une loi américaine sur la conservation de la nature qui rappelle que « l’Homme n’est qu’un visiteur de passage ».