Sise au sud-ouest de la Suède, à environ 300 kilomètres au nord de Malmö et de son architecture durable, Göteborg se prélasse sur les berges du fleuve Göta älv depuis le XVIIe siècle. Époque à laquelle celle-ci voit le jour, au milieu d’une campagne humide, sous l’impulsion du roi Gustave II Adolphe. Le souverain en confie l’urbanisme à des architectes hollandais, qui maîtrisent à la perfection l’assainissement des terrains marécageux. En témoigne Amsterdam, dont ils se sont largement inspirés, édifiant un entrelacs de canaux. Une particularité qui confère, aujourd’hui encore, à la ville un charme d’un autre temps. Mais Göteborg c’est aussi des paysages sauvages et verdoyants qui rompent avec les traditionnels horizons citadins. Preuve qu’en Suède, la nature s’invite partout. Même en ville.

Des parcs, des forêts et des lacs

Á Göteborg, on compte 175 mètres carrés d’espaces verts par habitant, contre 5,8 mètres carrés à Paris. Autant dire, que la nature y est omniprésente. C’est d’ailleurs ici même que le plus grand jardin botanique de toute la Suède a pris ses quartiers, le Göteborgs Botaniska Trädgård. Un parc de 175 hectares, où prospèrent près de 20 000 espèces végétales venues du monde entier. Le tout au milieu de superbes aménagements paysagers. Spectaculaire. Et vous n’avez encore rien vu car la ville possède également une aire protégée, la réserve naturelle de Delsjön. Constituée d’une vaste forêt de conifères, tapissée de rochers, celle-ci abrite pas moins de deux lacs. Un terrain de jeu pour les habitants qui viennent s’y baigner l’été et faire du ski en hiver. Enfin, il ne faudrait pas oublier le parc de Slottsskogen, situé à deux pas du centre-ville. Véritable poumon vert de Göteborg avec ses allées boisées et ses pelouses, il est l’endroit favori des citadins pour décompresser. Au programme : jogging, pique-nique, bronzage, méditation…

Un archipel au large de la ville

Avec son littoral constellé d’îles, la Suède se découvre, aussi et surtout, par la mer. Preuve en est à Göteborg, au large de laquelle deux archipels vivent au rythme des remous : celui du nord, « norra skärgården », et celui du sud, « södra skärgården ». Le premier, plus accessible, est très prisé par les habitants de la ville, qui sont nombreux à y posséder une résidence secondaire. Plus sauvage, l’archipel du sud vaut particulièrement le détour pour son authenticité. Avec leurs demeures en bois rouge, leurs mouillages, leurs landes de bruyère, et leurs plages pittoresques, ses îles constituent un véritable monde à part, à moins d’une heure de ferry du centre de Göteborg.