À Amman, capitale de la Jordanie située à l’ouest des fameux châteaux du désert, il est une colline qui abrite un patrimoine historique d’une valeur inestimable : le site archéologique de jabal al-Qal’a. Citadelle fortifiée, cette dernière possède des vestiges hérités des différentes civilisations qui l’ont occupée depuis le Néolithique (- 9000 av. JC). En particulier, des Romains qui y ont érigé un gigantesque temple à la gloire du demi-dieu Hercule.

Construit par l’empereur Marc Aurèle, entre 161 et 179, époque à laquelle la ville était baptisée Philadelphia, cet édifice a conservé bien peu de traces de son aspect originel. Seules quelques colonnes corinthiennes, récemment restaurées, se dressent encore face à l’horizon. Pourtant, les ruines de la statue d’Hercule laissent entrevoir à elles seules l’ampleur de l’édifice. Et pour cause, une gigantesque main, taillée dans le marbre, gît sur le sol. Un témoignage sans précédent à l’aune duquel se mesure tout le prestige de cette illustre cité.