Façonnée par les vents et les assauts de l’Atlantique, l’Irlande possède ce supplément d’âme propre aux contrées qui bravent les éléments depuis des milliers d’années. Rebelle et souveraine, la nature y a pris tous les droits, esquissant, dans ses sillages verdoyants, une terre de caractère aussi insolente que fascinante.

La péninsule de Dingle

Sis dans le comté de Kerry, véritable royaume sauvage, ce bras de terre louvoie sur 160 kilomètres, essaimant falaises acérées, baies enclavées et vastes prairies, avant de se jeter à corps perdu dans l’océan. Slea Head, dernière exclamation de cette péninsule, constitue ainsi la pointe la plus occidentale du pays. Une sorte de bout du monde depuis lequel on contemple la silhouette des îles Baskets, tandis que les embruns nous fouettent le visage.

L’anneau de Kerry

Toujours dans le comté de Kerry, sur la péninsule d’Iveragh cette fois, voilà une région qui condense à elle seule tous les attraits de l’Irlande. Formant une boucle de 180 kilomètres, l’anneau de Kerry, ou « Ring of Kerry » dans la langue de Shakespeare, déploie d’immenses falaises côtières, d’interminables plaines tapissées de bruyère, de lacs, de ruisseaux et de châteaux endormis. Le tout, avec une vue imprenable sur l’océan déchaîné.

Le Connemara

Surnommé la « beauté sauvage » par l’auteur irlandais Oscar Wilde, le mythique Connemara semble tout droit sorti d’un livre de contes. Ici, la brume ambiante sculpte les paysages, laissant deviner nappes d’eau argentées, champs de bruyères, montagnes d’ébène et vestiges millénaires. Une « terre brûlée au vent » dont l’aura mystique éveille l’imagination.

Les falaises de Moher

Vertigineuses. Remarquables. Impressionnantes. Les mots manquent à tous leurs devoirs quand il convient de décrire les falaises de Moher. Et pour cause, aucun d’eux ne semble parvenir à retranscrire la beauté de ce paysage. Imaginez toutefois une véritable muraille de pierre qui défierait l’océan sur près de 8 kilomètres avant de rendre les armes, comme pétrifiée par la grande bleue. Un décor emblématique de l’Irlande dont on ne prend véritablement la mesure qu’une fois sur place.

Le Burren

Non loin des falaises de Moher, un vaste désert de pierre prend ses quartiers. Bienvenue dans le Burren. Froid, minéral et silencieux, ce plateau karstique de 300 kilomètres carrés poli par l’érosion dégage une atmosphère dramatique. Une curiosité géologique dont seule l’Irlande a le secret.