Préserver les ressources naturelles et l’environnement, une évidence pour Nathalie et Richard Kozik. « Nos parents avaient un vrai sens de la valeur des choses et du respect, nos convictions viennent sans doute de là », explique la propriétaire des lieux. Il y a 14 ans, quand le couple décide d’ouvrir une maison d’hôtes, il ne se pose même pas la question et pense son projet « de façon à ce qu’il ait le moins d’impact environnemental possible ». Une devise plus que jamais d’actualité au sein de son établissement, niché dans le hameau de Moirieu, à une cinquantaine de kilomètres de la capitale des Gaules.

Une structure qui voit la vie en vert

Quand Nathalie et Richard investissent les lieux, il n’y a rien hormis une ancienne grange. Tout est à construire. Une phase de gros oeuvre que le couple inscrit dans sa démarche globale, récupérant notamment « le plus de matériaux possible, comme du bois ». « Un premier geste environnemental » puisque cela réduit le transport de marchandises et favorise la revalorisation des matières premières. Á cela s’ajoute le choix des énergies renouvelables. « Pour le chauffage, nous nous sommes tournés vers les granulés de bois », se souvient Nathalie. Plus largement, « dès que nous devions acheter quelque chose, que ce soit les sols ou la peinture, nous regardions comment faire au mieux pour la planète ». Un mode de vie et une façon de consommer d’autant plus remarquable qu’à cette époque « le choix était plus restreint. Certains matériaux n’existaient pas encore ». Aujourd’hui, grâce aux diverses innovations, « nous améliorons petit à petit notre structure ».

Á la Bicyclette Fleurie, la nature n’est pas la seule préoccupation. Les propriétaires veillent également à la bonne santé des artisans et de l’économie locale. « Quand nous faisons un achat, nous regardons comment préserver la nature et les hommes à la fois. » Une « alchimie » indispensable aux yeux de Nathalie et Richard. « Si vous achetez du coton bio fabriqué dans des usines où il n’y a aucun respect, ça ne sert à rien », explique Nathalie. Dans les chambres de leur maison d’hôtes, « tous les draps et les serviettes proviennent de France et sont écolabellisés ». Chez eux, le développement durable s’invite jusque dans les assiettes. « Nous n’allons pas dans des grandes surfaces mais chez des producteurs locaux ou dans des coopératives bio ».

Un lieu pour découvrir un mode de vie alternatif

Loin de vouloir imposer leurs convictions à leurs hôtes, Nathalie et Richard préfèrent discuter avec eux de façon informelle. Leur leitmotiv : « ne pas être moralisateur ». D’ailleurs, quand le sujet de la préservation de la planète arrive dans la conversation, Nathalie a pour habitude de dire « chaque pas est bon ». Même les plus petits. Son seul souhait ? « Leur faire comprendre que la préservation de l’environnement n’implique pas un retour à la bougie car il y a encore des personnes qui me demandent si nous avons le chauffage dans nos chambres », s’amuse-t-elle. Vous l’aurez compris, fervent défenseur de la cause environnementale, simple averti ou personne désirant séjourner dans un autre type de structure, tout le monde est le bienvenu à la Bicyclette Fleurie. De quoi découvrir ce qu’est un mode de vie durable et, pourquoi pas, s’en inspirer au quotidien.