Si la Sierra del Rosario couve une faune minuscule dans un décor grandiose, la Cienega de Zapata, elle, voit tout en grand. Quelque 4 350 kilomètres carrés composent cette réserve extraordinaire, plus vaste zone humide des Caraïbes. Situé dans la province de Matanzas, à 250 kilomètres à l’ouest de Trinidad, ville-musée de l’île, le site borde la célèbre Baie des Cochons et constitue un écosystème de marais idéal pour de très nombreuses espèces. Sur terre, sous l’eau et dans l’air, des centaines de types de plantes, de poissons ou encore d’oiseaux ont élu domicile dans ce magnifique refuge naturel.

Repeupler la réserve de reptiles

Alligators, lamantins, flamands roses… la vie animale est représentée par de multiples espèces dont une trentaine de reptiles et douze de mammifères. Implanté dans la réserve, le Criadero de cocodrilos, ou “ferme des crocodiles”, applique un programme d’élevage visant à repeupler les marais de reptiles. Aujourd’hui, plus de 3 000 crocodiles vivraient dans les marécages de la Cienega de Zapata et peuvent être observés dans leur environnement naturel, lors de promenades guidées en forêt entre criques et marais. Le site se prête effectivement très bien à la randonnée pédestre, qui permet notamment de découvrir quelques-uns des 900 types de plantes présents dans l’écosystème, dont 115 sont endémiques.

Et en levant les yeux au ciel, c’est un tout autre spectacle qui se dévoile. Celui des quelque 200 espèces d’oiseaux qui peuplent le ciel de la réserve. Entre les perroquets et ibis, un œil aiguisé peut même tenter de distinguer le colibri-abeille, plus petit oiseau de monde surnommé « insecte à plumes ».

Côté mer, entre exploration et farniente

Outre sa faune et sa flore exceptionnelles, la Cienega de Zapata dispose de splendides plages offrant une multitude de possibilités de loisirs. Á Punta Perdiz, par exemple, les amateurs de plongée chausseront palmes, masque et tuba afin d’observer des dizaines de poissons et de magnifiques coraux, avant de s’étendre sur un transat ou de poursuivre vers la playa Larga ou celle de Giron. C’est entre ces deux plages que se trouve la Cueva de los Peces, une faille tectonique inondée où de nombreuses espèces de poissons tropicaux ont trouvé refuge. Des sessions de plongée en bouteille y sont proposées pour les observer, à moins que vous ne préfériez explorer les grottes. Enfin, les connaisseurs profiteront certainement de l’occasion pour pratiquer la pêche à la mouche sportive, dans la lagune de Las Salinas ou sur le Rio Hatiguanico. Tarpons, bonefish, robalos et autre palmetas sont au programme de cette sortie halieutique aux doux air de paradis sauvage.