Si Florence doit sa splendeur aux Médicis, Ferrare doit la sienne aux Este. Cette puissante famille de mécènes a, en effet, transformé l’ancienne cité médiévale en un carrefour artistique où les plus grands esprits de la Renaissance se sont pressés. Six siècles plus tard, la ville n’a rien perdu de sa superbe. Mieux, elle conserve de sublimes témoignages, au fil desquels s’écrit, sous vos yeux, tout un pan de l’Histoire italienne.

La famille d’Este, pierre angulaire de Ferrare

Au XIIIe siècle, la famille d’Este arrive au pouvoir de Ferrare. Ces érudits et collectionneurs d’art vont alors profondément bouleverser le destin de cette petite cité médiévale encerclée de marécages. En 1391, ils fondent une brillante université, qui accueillera au XVIe siècle un certain Nicolas Copernic. Mais le vrai chamboulement se produit au XVe siècle quand Hercule Ier décide d’agrandir la ville via un plan d’urbanisme complexe, dont le tracé fait toujours autorité : l’ « Addizione Erculea » ou « ajout herculéen ». Exit, les petites ruelles, ce qui compte désormais, c’est la perspective. De gigantesques carrefours bordés de palais, comme le Quadrivio degli Angeli, fleurissent alors aux quatre coins des rues. Fastueuse, cultivée, aérée, Ferrare attire alors les plus grands esprits de la Renaissance, se positionnant comme l’égale de Florence berceau de la Renaissance.

L'opulence architecturale

Si la renommée de Ferrare s’est amenuisée avec le déclin de la dynastie des Este, le dernier des ducs n’ayant pas eu d’enfant celle-ci s’est éteinte d’elle-même, la ville a su préserver son héritage. Aujourd’hui encore, l’empreinte de cette puissante famille est omniprésente. Preuve en est avec l’imposant « Castello Estense » ou « château d’Este ». Forteresse défensive devenue siège de la cour, cet édifice incarne toute la puissance des Este. Autre bijou, le « Palazzo dei Diamanti », comprenez « palais des diamants ». Les blocs de marbre constituant la façade de ce bâtiment ont tous été taillés en pointe, mimant ainsi la forme de la pierre précieuse. Un chef-d’oeuvre qui ne laisse pas indifférent tout comme le palais Schifanoia, destiné aux loisirs des Este et de leurs invités politiques. Un ensemble architectural si précieux et bien préservé qu’il figure au patrimoine mondial de l’Unesco.