Cuba, île verte par excellence, abrite de nombreux d’espaces naturels remarquables comme la vallée de Viñales avec ses mogotes ou encore la Sierra del Rosario, classée réserve de biosphère. Aujourd’hui, lumière sur un autre trésor national : le parc national Alejandro de Humboldt.

Situé à l’extrême sud du pays, dans les provinces de Guantanamo et de Holguín, cet espace de 70 680 hectares doit son nom au scientifique allemand Alexander Von Humboldt, venu étudier la faune et la flore cubaines au début du XIXe siècle. Aujourd’hui encore, ce dernier serait ébahi par ce lieu, qui compte parmi les sites tropicaux les plus riches en matière de biodiversité. Ici, sous l’épaisse canopée, entre la mangrove et les lagunes, les taux d’endémisme battent des records. Ainsi, 905 plantes ne se rencontrent nulle part ailleurs. Un phénomène qui s’explique notamment par la présence d’un granit toxique pour les végétaux qui a contraint ces derniers à s’adapter à leur environnement, développant de nouvelles espèces. L’importance écologique du parc Alejandro de Humboldt, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, est telle, qu’il ne se visite qu’en présence d’un guide.