Déclaré fête païenne au début du VIIe siècle, par le Pape Boniface IV depuis son somptueux état-cité aux airs de musées, le Samain s’est perpétué malgré tout sous des formes plus ou moins fidèles à l’originale. De l’américaine Halloween, exportée par les émigrés irlandais fuyant leurs falaises natales, aux fêtes chrétiennes de la Toussaint ou des Morts, de solides survivances du Samain sont célébrées aujourd’hui encore.

Une fête pour chaque saison

Imbolc, Beltane, Lugnasad et Samain. Le calendrier celte divise l’année en quatre étapes importantes, marquées par des fêtes riches de significations. Située entre le 25 octobre et le 20 novembre, au 6e jour de la lune montante, le Samain est un moment hors du temps durant lequel les Celtes célébraient le passage vers une nouvelle année. Chaque foyer se devait alors d’éteindre le feu qui brûlait dans le logis, plongeant ainsi le village dans une obscurité totale. Les druides allumaient ensuite un grand feu sur la place principale, symbole du recommencement et des brasiers étaient disposés autour du village afin de protéger les habitants des esprits malfaisants. Les villageois réunis pouvaient alors récupérer une braise du Feu Sacré afin de rallumer la flamme de leur foyer. Des courses, banquets, sacrifices d’animaux ou encore foires avaient par ailleurs lieu durant cette période festive, célébrant le renouveau.

De Samain à Halloween

Considéré comme un portail entre deux étapes majeures de l’année, le Samain n’appartient ni à celle qui vient de s’écouler, ni à celle qui débute, pas plus qu’il ne fait partie de l’été ou de l’hiver. On raconte que durant cette nuit, la Terre accueillait fées et autres êtres surnaturels mais aussi les morts, avec lesquels les vivants pouvaient exceptionnellement communiquer. Pour les guider, les villageois disposaient des bougies devant leur porte laissée entrouverte. C’est dans ce contexte que le rapprochement entre la nuit de Samain, devenue Halloween et le personnage de conte irlandais Jack O’Lantern ou Stingy Jack s’est établi. Le vieux Jack, ivrogne notoire connu notamment pour son avarice, après avoir échappé une première fois au diable, réussi à faire promettre à ce dernier qu’à sa mort, il ne viendrait pas chercher son âme. Son heure venue, Jack se vit refuser les portes du Paradis en raison de ses méfaits. Ne pouvant pas plus se rendre aux Enfers, il se constitua une veilleuse avec un navet et une braise des feux de l’Enfer généreusement offerte par le Diable et retourna errer dans le monde des vivants. Depuis, la citrouille a remplacé le navet et la lanterne de Stingy Jack demeure un incontournable de la fête d’Halloween.