Ils soufflent toute l’année sur les régions intertropicales, depuis l’Antillaise Guadeloupe jusqu’à l’archipel des îles Loyauté en Nouvelle-Calédonie. Il s’agit bien sûr des alizés. Une des grandes particularités de ces vents est qu’ils changent d’orientation selon l’hémisphère sur lequel ils se trouvent. Dans la partie nord, ils balayent les terres du nord-est vers le sud-ouest tandis que dans la partie sud, ils se dirigent du sud-est vers le nord-ouest.

Leur régularité, qui a favorisé la circulation maritime à voile dès le 15e siècle, leur a valu le surnom de « trade winds » ou « vents commerciaux ». Aujourd’hui encore, ils font le bonheur des participants au célèbre Vendée Globe. Des vents historiques donc, qui se forment sous l’impulsion du soleil. L’air chauffé par ses rayons est moins dense que le froid. Par conséquent, il monte vers les parties hautes de l’atmosphère, créant une dépression. Cette dernière est alors comblée par un air plus froid venu des pôles. C’est de la rencontre entre ces deux masses d’air que naissent les alizés.