À eux deux, ces départements des Alpes du Nord recensent près d’une cinquantaine d’étendues lacustres. De quoi satisfaire les randonneurs en quête d’un peu de fraîcheur, les flâneurs venus admirer les sommets depuis les berges comme les nageurs souhaitant se dégourdir les jambes.

Le plus vaste : le lac Léman en Savoie

Long de 72,8 kilomètres et large de 14 kilomètres pour une superficie totale de 580 kilomètres carrés, le lac Léman peut s’enorgueillir d’être le plus grand lac naturel de France (si l’on ne tient pas compte du fait que son rivage nord et ses deux extrémités sont suisses), d’où son surnom « d’océan de poche ». Les eaux translucides, les températures clémentes et la végétation méridionale confèrent à ce lac reliant la France et la Suisse  une atmosphère de riviera italienne. Prisée des navigateurs de par sa taille, cette « petite mer intérieure » l’est aussi des flâneurs venus contempler les exquis paysages, entre cimes enneigées, vallées encaissées et villes thermales.

Le plus romantique : le lac du Bourget en Savoie

Ce lac à la beauté froide de part son origine glaciaire révèle deux visages : sauvage et dur du côté de la Dent du Chat et diapré et romanesque du côté d’Aix-les-Bains. C’est dans ce décor versatile que le poète Alphonse Lamartine a rencontré l’amour, lui inspirant le poème « Le lac », qui vaut aujourd’hui à ces eaux d’être considérées comme le berceau du romantisme. Avec une superficie de 44 kilomètres carrés, le lac du Bourget se révèle plus grand que la partie française du lac Léman.

Le plus chaud : le lac d’Aiguebelette en Savoie

« Une perle d’émeraude enchâssée dans un écrin de montagne », voilà la description faite par l’écrivain Henry Bordeaux de cette nappe verte de forme triangulaire qui lui vaut d’être comparée à la pierre précieuse. Culminant à 360 mètres d’altitude, le lac d’Aiguebelette bénéficie pourtant de 545 hectares d’eaux calmes et chaudes (28 degrés en été) grâce à sa situation géographique. En effet, blotti au creux du massif de l’Epine, il est préservé des vents. Les bateaux ont également l’interdiction d’y circuler. Autant de raisons qui font de cette étendue lacustre un paradis pour les baigneurs.

Le plus pur : le lac d’Annecy en Haute-Savoie

Merveille cristalline protégée par un amphithéâtre de montagnes, le lac d’Annecy possède une eau d’une propreté et d’une pureté incomparables. Irriguant toute la ville d’Annecy, éternelle petite Venise des Alpes, on dit qu’il est la source de la générosité de la nature et des Anneciens. Cela n’a pourtant pas toujours été le cas. Il a fallu 50 ans de travail aux communes environnantes pour que le lac, souillé par les eaux usées, ne retrouve sa limpidité. Et une biodiversité riche ! Aujourd’hui, le lac bleu comme on le surnomme en raison de la couleur saphir de ses eaux, est peuplé de planctons, de poissons mais aussi de crustacés tamisés en son fond. Un ballet aquatique qu’il laisse transparaître jusqu’à 10 mètres de profondeur.

Le plus emblématique : le lac Blanc

Perché à 2 352 mètres d’altitude dans le massif des aiguilles Rouges, le lac Blanc offre un panorama sur le massif du mont Blanc où s’érige le mont Blanc et ses 4 807 mètres d’altitude se reflétant dans ses eaux. Entre étendue turquoise et montagnes immaculées, le décor paradisiaque du lac Blanc est celui choisi par de nombreuses marmottes, dormeuses des Alpes et des bouquetins, rois des Alpes. Un trésor qui se mérite puisque, pour y accéder, il vous faudra marcher durant deux heures au départ de Flégère, colline située sur les hauteurs de Chamonix, vallée mythique française.