À une heure trente d’Édimbourg et de son château, l’île de May flotte paisiblement au nord du Firth of Forth, l’estuaire du fleuve Forth. Pépite de 1 800 mètres de longueur pour 500 mètres de largeur, celle-ci est réputée pour sa faune particulièrement riche qui lui a valu d’être sacrée, en 1956, réserve naturelle nationale.

Ici, au milieu des falaises battues par les remous de la mer du nord, des landes et des tourbières brumeuses, les oiseaux se pressent en masse. Pingouins, cormorans huppés, goélands, guillemots ou encore sternes, c’est un véritable ballet aérien qui attend les visiteurs. Sans oublier les macareux moine. Vedette de l’île, ce petit oiseau marin, noir et blanc au bec rouge, y fait escale de mai à juillet, en période de nidification. Ils sont alors des milliers à creuser des terriers au fond desquels ils construisent leurs nids. Un volatile qui fait le bonheur des ornithologues en herbe comme des experts.