Les Russes ont beau être réputés pour ne pas avoir un premier abord facile, ils le sont aussi pour leur sens de la fête. Et si les chants et danses traditionnels diffèrent d’un bout à l’autre du pays, de l’Europe de l’ouest au fleuve Amour qui marque la frontière avec la Chine, tous sont empreints d’une féroce joie de vivre. Marquées par leurs sons nasaux, les mélodies russes sont souvent très longues et peuvent compter jusqu’à 30 couplets. Le folklore russe se compose par ailleurs de nombreuses danses dont la plus connue, le Khorovod, consiste à se mettre en rond puis à se prendre par la main afin de réaliser diverses configurations en rythme. Il est souvent associé à un jeu et peut se pratiquer en très grand nombre.

Les poupées Matriochkas, symbole culturel

« Poupées russes », « Matriochkas » ou même « Babushkas », ces poupées placées les unes dans les autres sont sans conteste l’une des expressions les plus populaires de la culture russe. Certains historiens affirment pourtant que ces poupées seraient originaires du Japon et non de Russie. C’est en 1890 que le premier ensemble de Matriochkas russes a été réalisé, représentant 8 poupées de tailles décroissantes, placées les unes dans les autres, chacune représentant un enfant. La première, la plus grande, était alors une petite fille tenant un coq, la cinquième figurait un garçon et la dernière un bébé, les autres poupées représentant des filles. Initialement destinées aux enfants, ces poupées de bois furent rapidement réservées aux adultes en raison de leur prix. Elles devinrent populaires peu après l’Exposition Universelle de Paris de 1900, lors de laquelle elles remportèrent la médaille de bronze.

Le samovar, l’âme de la Russie

Si les Russes ont l’habitude de célébrer les grands événements et fêtes calendaires en avalant des verres de vodka*, le thé occupe également une place importante dans leur quotidien. Une coutume partagée par leurs voisins asiatiques, même s’il n’est pas question ici de cérémonie du thé à la japonaise mais plutôt de réunions autour du traditionnel samovar dont les anciens pensaient qu’ils avaient une âme. Aujourd’hui, ces appareils en cuivre ne sont plus utilisés pour faire chauffer l’eau du thé mais il est encore de coutume de les placer au centre de la table lors de grandes occasions.

Contes nationaux

Le folklore russe s’accompagne par ailleurs de nombreux contes comme ceux mettant en scène Ivanoushka-Dourachok (Ivan le fou), un personnage agissant en dépit de toute logique et paresseux mais finissant toujours par triompher en jouant de malice. Mais si ces histoires étaient censées, de nombreux écrivains se sont à leur tour emparé du concept et particulièrement Fiodor Dostoïevski pour qui « le besoin spirituel le plus élémentaire du peuple russe est la nécessité de la souffrance ».

*L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.