Forte d'un principe de neutralité immuable entériné par le traité de Vienne signé en 1 815, la Suisse est un pays qui ne manque pas de caractère pour autant. Terre de délices et de gourmandises mais aussi territoire empreint de nature et de traditions encore pleines de vitalité, réglez vos pendules à l'heure helvétique pour une virée dépaysante qui fleure bon le chocolat, le gruyère mais qui laisse surtout une impression de liberté grisante.

Terre de diversités

Avec 3 zones géographiques (le Jura, le Plateau et les Alpes), 4 langues nationales (l’allemand, le français, l’italien et le romanche, parlé uniquement dans le canton des Grisons) et 26 cantons possédant chacun leur propre gouvernement et leur propre constitution, la Confédération Suisse, comme on l’appelle sur le devant de la scène internationale, illustre à elle seule le fédéralisme. Et ce n’est pas fini : la topographie du territoire reflète elle aussi des contrastes saisissants. Si les Alpes couvrent 61% du territoire, il serait dommage de réduire le pays à ces sommets enneigés. Sur ses quelques 41 000 km2, vallées encaissées, gorges, coteaux, tourbières et pâturages verdoyants se succèdent, et telles des notes sur une partition de musique, forment un tout harmonieusement éblouissant.

Les traditions, ciment helvétique

À l’évocation de la Suisse, difficile de pas penser au chocolat ou encore au yodel. Ces images d’Épinal, ancrées dans l'inconscient collectif, témoignent bien de la place importante qu’occupent les coutumes. Comme une façon d’exister au milieu de toutes ces disparités, les habitants se rassemblent autour de particularités culturelles. Du marché aux oignons de Berne en passant par le carnaval de Bâle ou encore la fête des vignerons à Vevey167 traditions sont aujourd’hui recensées au pays de Heidi, ponctuant l’année de célébrations en tous genres. Heidi, voilà bien un roman qui fait l’unanimité auprès des Suisses. Et pour cause, il symbolise tout l’amour d’un pays pour sa nature, et ses paysages idylliques entre ciel et montagnes. Ce tire-larmes, écrit par Johanna Spyri, se lit comme une ode aux sommets suisses. Souvenez-vous, la fillette orpheline se voit arracher à son grand-père et à ses alpages pour aller vivre en Allemagne auprès de sa tutrice légale, où elle tombe malade. Aujourd’hui c’est un véritable mythe et nombreux sont les visiteurs à venir en pèlerinage dans le village de Manfield, toucher du doigt cette Suisse, qui les a tant fait rêver. Il faut dire que la nature tient une place de choix dans le coeur des habitants. La station de ski de Zermatt illustre bien cette conscience écologique qui plane en terre helvétique. Mais ce n’est pas le seul exemple, il suffit de se rendre dans n’importe quelle ville pour constater ce respect pour l'environnement. Les Suisses ont conscience que la préservation de leur plus beau joyau est du ressort de chacun.