Principale ville du Nord-pas-de-Calais, Lille a su redorer son blason aux yeux des visiteurs, autrefois ternis par son passé industriel et sa position géographique excentrée. Aujourd’hui, c’est avec fierté qu’elle affiche son dynamisme sur ses façades en briques rouges. Un renouveau qui lui vaut tous les honneurs d’autant que la capitale des Flandres a conservé sa plus grande qualité : sa convivialité. De quoi passer un week-end sous les meilleurs auspices. Demandez le programme !

Samedi : battre le pavé dans le centre-ville et le Vieux-Lille

Rien de tel pour prendre le pouls d’une ville que d’arpenter son coeur névralgique. Direction le point de ralliement des Lillois : la Grand’Place où différents styles et époques se font face dans une impressionnante enfilade architecturale. Façades colorées, pignons, sculptures et autres bas-reliefs ne laissent pas de marbre ! Quelques photos et il est temps de se rendre dans le Vieux-Lille. Avec ses ruelles étroites bordées de demeures en briques rouges du XVIIe siècle, ce quartier pittoresque est une invitation à la flânerie. Exit les plans, ici, on se laisse guider par le hasard. Et comme il fait bien les choses, il nous déniche un petit estaminet pour le déjeuner. Ces brasseries typiques du nord de la France et de la Belgique proposent, en général, des spécialités locales. Au menu, des fricadelles bien sûr mais aussi des welshs, plat à base de cheddar fondu et de bière. De quoi reprendre des forces avant de gravir les marches du beffroi de l’hôtel de ville, le plus haut de l’Hexagone avec ses 104 mètres. La récompense ? Une vue panoramique sur le Vieux-Lille, et bien plus encore.

Dimanche : égrainer les musées

Paris n’a pas l’apanage en matière d’activités culturelles. Preuve en est à Lille, qui a d’ailleurs été élue capitale européenne de la culture en 2004. Ici, les musées sont légion et il y en a pour tous les goûts. Du Palais des Beaux-Arts, dont la collection comporte des Rubens, des Goya mais aussi des Van Gogh, en passant par La Maison Folie Wazemmes, ancienne usine réhabilitée en salle d’expositions, ou encore le Centre d'Art Sacré, situé dans la crypte de la cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille, la capitale des Flandres met la matière grise en émoi. Pause déjeuner dans une friterie, institution culinaire que la ville partage avec sa voisine épicurienne la Belgique, avant de prendre le métro en direction de Roubaix. Rattachée à la grande métropole lilloise, l’ancienne cité industrielle fait elle aussi peau neuve. C’est d’ailleurs là que se cache l’un des plus fascinants musées au monde selon le New York Times : le Musée d'art et d'industrie André-Diligent, surnommé la Piscine. Et pour cause, installé au coeur d’un ancien bassin Art Déco, ce dernier réserve une expérience immersive loin des canons du genre. Un petit merveilleux, meringue enrobée de chocolat, pour le quatre-heures et il est déjà l’heure de rentrer.